lundi 5 novembre 2012

Sous les branches d'un saule





Sous les branches d'un saule,un roi se promenait
La brume était profonde et le dissimulait
Sous un parapluie sombre , bien loin de ses palais
Il semblait comme une ombre dans l' automne doré
La couronne de l'arbre abritait ses pensées
Et les branches légères doucement le frôlaient 

Bien loin de ses armées, de tous ses conseillers

Seul ainsi  il allait.
Son cheval préféré, il l'avait oublié
Sous les branches d'un saule , un roi se promenait



Homme au parapluie

 


2 commentaires:

  1. "...Seul ainsi il allait...."
    C'est dans la solitude que l'on devient vraiment soi même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jean, de votre passage.Je suis très touchée. Sans autrui peut-on vraiment être soi-même? Sans ce miroir qui nous reflète en partie et nous oblige à réagir .La solitude aide certainement à aménager un espace de liberté nécessaire pour retrouver notre individualité profonde, essentielle.

      Supprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: