vendredi 14 décembre 2012

Pluie




A  Anna.






Les fleurs, le vent, je les aimais
Chante la pluie dans les allées.
Les frais parfums s'en sont allés
Et l'eau rigole dans les fossés.

Le ciel s'épanche sur la terre.
Le pré s'endort sous la rivière.
Tout ici paraît entraîné
Et s'oublie , mal discerné .

Les collines, sous les gouttes d'eau
Lancent leurs filets de ruisseaux
A larges mailles atterrées

Miroirs écaillés où scintillent 
Ternes ,fuyant quelques reflets
D'un jour voilé sous la mantille


 



4 commentaires:

  1. La terre souffre...et l'eau n'a plus de lit pour couler tranquille...

    Douce soirée, Lyne et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons parfois l'impression d' avoir domestiqué la nature mais rien n'est moins sûr...
      Bonne fin de semaine Ymirose !

      Supprimer
  2. de la pluie
    comme étouffement des couleurs et des odeurs
    de la pluie
    comme enfouissement des formes et des élans
    de la pluie
    comme recommencements à venir
    de la pluie
    pour laver mes yeux
    de la pluie
    de Regard à Lyne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci poète anonyme pour cette pluie charmante et douce . Je ne suis pas certaine d' avoir achevé cette poésie . Votre regard empli de pluie me parle et m'entraîne un peu plus loin

      Supprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: