vendredi 8 mars 2013

Pantoum d' Atys


Fleurs du printemps de Arthur Hacker















Le froid cruel règne encore dans les champs
Qui nous offre les fleurs qui paraissent?
D'où vient que Flore devance le printemps?
Quand l'hiver règne encore sans faiblesse...


Qui nous offre les fleurs qui paraissent?
Lorsque la glace les fait dépérir...
Quand l'hiver règne encore sans faiblesse...
Flore s'avance avec les zéphirs.


Lorsque la glace les fait dépérir,
En apportant des ornements de fleurs,
Flore s'avance avec les zéphirs.
Plaisante ,elle vient avant qu'il ne soit l'heure.


En apportant des ornements de fleurs,
Ne préférant attendre les beaux jours,
Plaisante, elle vient avant qu'il ne soit l'heure,
Pour le héros à qui elle fait la cour.


Ne préférant attendre les beaux jours,
En bravant l'hiver le plus terrible,
Pour le héros à qui elle fait la cour.
Pour Flore, rien n'est impossible.


En bravant l'hiver le plus terrible,
Les fleurs paraissant avant le printemps.
Pour Flore, rien n'est impossible.
Le froid cruel règne encore dans les champs.





4 commentaires:

  1. Bonsoir Lyne, très belle cette forme de poésie, les dernières phrases continuent a la première phrase, il tourne comme la saison. Ou... comme la vague. Bon week-end. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ces répétitions créent une musique à l'intérieur de la poésie.Bon week-end Mai. Bises

      Supprimer
  2. Un beau poème qui me fait penser à cette phrase

    "Toutes choses arrivent en nous bien avant qu’elles aient lieu". Novalis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bien jolie phrase pour une bien belle pensée de Novalis, en harmonie avec le poème.

      Supprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: