lundi 23 mai 2016

Bleu









Les fleurs étaient si bleues,
Et les nuages si blancs.

Amour, pour si peu cet adieu,
Triste, vain, désolant.

L'envers appuyé au cadran,
Lie l'aiguille de la montre,

Et le clair désir, -refusant,
Part infiniment à l'encontre,

Du rien à venir qui désole,
Où fuit l'impossible seconde,

Bleue, noire, mortelle corolle
Absurde, éperdue, ronde.



Photographie: Danilo Dungo



4 commentaires:

  1. Tourbillon de bleu
    Sur des mots de blues...
    Poème en bleu et blanc
    Au parfum d'amour qui s’effeuille...
    Un poème à lire et relire
    Où chaque mot offre ses secrets..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie pour ce commentaire et pour ta présence. Sympathie.

      Supprimer
  2. Bleu blanc pour que verdisse l'acacia

    RépondreSupprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: