vendredi 28 juin 2013

Geisha

                                                                    






Et puis, le jardin s' assoupit;
C'en est fini du vacarme.
Enfin le jardinier parti,
Ne laissant ici que le charme.
Des songes, voici venue l'heure...
Clandestine dans les allées,
Déambule toute en roseur
Une geisha au pas pressé.



Frôlant légère à petits pas,
Une pelouse qui verdoie,
Elle effleure le magnolia
Puis s'enfonce dans le sous-bois.
Dans la nuit faible éclairée,

Par le pâle croissant d'argent,
On la devine toute enserrée,
Avançant sans un cillement.






6 commentaires:

  1. Les bruits s'en sont allés et le silence est revenu. La nature peut s'assoupir en toute tranquillité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Daniel, un beau jardin japonais ,la nuit juste tombée... se plonger doucement dans son imaginaire....

      Supprimer
  2. Balade légendaire dans le silence du jardin...
    C'est beau
    cette paix
    dessinée avec tes mots!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie , nous nous croisons à quelques minutes près , merci .. Je vous souhaite une belle journée!

      Supprimer
  3. évitement
    évidement
    après être née au jardin d'un jardinier
    enfin parti
    n'a de cesse qu'aux lisières
    de retrouver
    la nuit faiblement éclairées des senteurs
    et cela sans fermer l'oeil

    j'aime beaucoup

    regard

    RépondreSupprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: