mardi 14 juillet 2015

Beauté volée






Entrouverte sur les collines bleues,
La  porte, à loisir laisse entrer le vent.
Quelques pétales s'envolant frileux,
Sur un rais de soleil les caressant .
Dénudée, la fleur irréellement,
De son piédestal fait baisser mes yeux.


Pourquoi donc cet étrange sentiment,

Pour une chose aussi légère ?
La pudeur, la crainte, timidement.
Tout mon cœur serré si soudainement.
Cette tristesse qui imprègne l'air.
Ne serais-je donc encore qu'une enfant?



Lyne-Anke

2 commentaires:

  1. Restons toujours enfant
    Devant les portes ouvertes
    Sur tous les matins
    Des jours nouveaux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. “Et avec quelle quantité d'illusions ai-je dû naître pour pouvoir en perdre une chaque jour !” D'Emil Michel Cioran
      Bonne fin de journée, Marie.

      Supprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: