jeudi 1 octobre 2015

La Mer



La Mer est un poème symphonique composé par Claude Debussy entre 1903 et 1905.

Debussy a commencé à composer La Mer  alors qu’il séjournait en Bourgogne. A propos de sa musique, il écrit alors à Massenet, un ami musicien : « …cela pourrait bien ressembler aux paysages d’atelier, mais j’ai d’innombrables souvenirs ; cela vaut mieux à mon sens qu’une réalité dont le charme pèse généralement trop lourd sur votre pensée.» Toutefois, peu de temps après, il retrouvera les rivages marins au cours de vacances à Jersey et à Dieppe, avant de finir sa composition. 

                                                                               



Debussy, qui avait la passion des objets et estampes d'Extrême-Orient, souhaita avoir en couverture de sa partition La vague d'Hokusai, une gravure qui se trouvait dans son cabinet de travail.










Vidéo:
Orchestre Philharmonique, dirigé par Herbert von Karajan

La Mer, trois esquisses symphoniques pour orchestre est une oeuvre orchestrale du compositeur Claude Debussy créée à Paris en 1905 et qui s'articule autour de trois mouvements:
De l'aube à midi sur la mer
(Très lent - si mineur)
Le jeu des vagues
(Allégro - do dièse mineur)
Le dialogue du vent et de la mer
(Animé et tumultueux - do dièse mineur)


6 commentaires:

  1. C'est très joli,merci Marcel!

    aube
    dans le reflet de la mer
    un voilier blanc

    RépondreSupprimer
  2. La mer est inspiratrice, elle a inspiré beaucoup de poètes et de musiciens. Moi aussi elle m'inspire souvent, déclenchant en moi des émotions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais la mer inquiétante et dangereuse et de loin je préfère la contempler depuis la terre ferme. Cependant je l'admire.

      Supprimer

  3. La mer belle et mystérieuse
    séduisante ou violente
    La mer toujours une énigme
    à apprivoiser...

    RépondreSupprimer
  4. "Ce que je sais, ce qui est mien, c’est la mer indéfinie. À vingt et un ans, je m’évadai de la vie des villes, m’engageai, fus marin. Il y avait des travaux à bord. J’étais étonné. J’avais pensé que sur un bateau on regardait la mer, qu’on regardait sans fin la mer. Les bateaux furent désarmés. C’était le chômage des gens de mer qui commençait. Tournant le dos, je partis, je ne dis rien, j’avais la mer en moi, la mer éternellement autour de moi. Quelle mer? Voilà ce que je serais bien empêché de préciser."
    Henri Michaux

    Bonne fin de semaine, Marie.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: