mardi 29 septembre 2015

Estampe japonaise


       

                                   
"Depuis l’âge de six ans, j’avais la manie de dessiner les formes des objets. Vers l’âge de cinquante ans, j’ai publié une infinité de dessins ; mais je suis mécontent de tout ce que j’ai produit avant l’âge de soixante-dix ans. C’est à l’âge de soixante-treize ans que j’ai compris à peu près la forme et la nature vraie des oiseaux, des poissons, des plantes, etc. Par conséquent, à l’âge de quatre-vingts ans, j’aurai fait beaucoup de progrès, j’arriverai au fond des choses ; à cent, je serai décidément parvenu à un état supérieur, indéfinissable, et à l’âge de cent dix, soit un point, soit une ligne, tout sera vivant. Je demande à ceux qui vivront autant que moi de voir si je tiens parole. Ecrit, à l’âge de soixante-quinze ans, par moi, autrefois Hokusai, aujourd’hui Gakyo Rojin, le vieillard fou de dessin."

Katsushika Hokusai



Auto-portrait d'Hokusai 



          




                                                                                   









8 commentaires:

  1. Toute une civilisation méconnue par moi. Sujet traité intéressant.

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. C'est vrai. J'aime beaucoup cette citation d'Hokusai. L'humour et le bel optimisme. Moi aussi, j'aime la vieillesse.

      Supprimer

  3. Une page où j'ai beaucoup appris!

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi, j'y ai beaucoup appris mais sans avoir tout compris... :)

    RépondreSupprimer
  5. Voilà l'esprit japonais dans son intégrité : ne jamais cesser de travailler sur soi, ne jamais se satisfaire du résultat.
    Les Occidentaux ont tellement à apprendre de cela...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut toujours apprendre jusqu'à son dernier souffle et peut-être même pendant ce dernier souffle apprend-on encore.

      Supprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: