jeudi 22 octobre 2015

Nuage



"Si nous n'écrivions jamais rien d'autre que ce qui est déjà compris, le domaine de l'entendement ne grandirait jamais"
Ezra Pound









nuage ~
cerfs et biches
aux abois






Photographie
Richard Misrach - Norco Cumulus Cloud, Shell Oil Refinery, Norco, Louisiana, 1998, © Richard Misrach, courtesy of Pace/MacGill Gallery, New York; Fraenkel Gallery, San Francisco; and Marc Selwyn Gallery, Los Angeles.





Richard Misrach (né à Los Angeles en 1949; vit et travaille à Emeryville, Californie) Reconnu comme l’un des photographes les plus marquants de sa génération, Richard Misrach s’illustre dans les années soixante-dix par son choix de la couleur et du grand format. Son œuvre, qui traite aussi bien d’esthétique que d’écologie, provient d’un savant équilibre entre politique et poésie, document et métaphore. Au sein de ses séries les plus célèbres –Desert Cantos, Petrochimical America–, Misrach crée des images d’une grande perfection plastique, mais toujours soumises à une lecture polysémique et dissonante, instillant au cœur d’un paysage sublime la présence dévastatrice de l’homme sur l’environnement.




9 commentaires:

  1. Bonjour Lyne

    Il me semble...qu'il ne faut pas trop écourter le haïku, afin de rester au plus près, sans rigidité toutefois, du 5 7 5. Qu'en penses tu ?

    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Yanis,

      Ces quelques mots: 6 seulement:

      nuage ~
      cerfs et biches
      aux abois

      sont en sincérité au plus près de l'émotion que j'ai ressentie en regardant cette merveilleuse photographie de Richard Misrach et s'il est vrai que dans la forme ils ne respectent pas la règle du haïku- d'ailleurs je retire à l'instant le mot haîku du libellé- dans le fond ils n'en sont pas si éloignés. Rajouter quelques mots pour m' approcher de la règle, ce n'est pas ce que je souhaite car j'aime ce que j' ai écrit.

      Supprimer
    2. Bonsoir à vous deux,

      En toute objectivité, je crois (avec Daniel Py, et d'autres) que le 575 est une contrainte fantaisiste. Ne pas confondre les mores japonaises et les syllabes francophones ; ce qui compte, c'est l'esprit du haïku... mais la liberté d'expression doit permettre à un chacun de s'exprimer selon son style personnel. Amicalement.

      Supprimer
  2. Le nuage

    Un nuage, parmi les autres,
    Reforme sans cesse un visage.

    Il promène sur les villages
    Un regard dont il ne sait rien,

    Et s’il sourit au paysage,
    Ce sourire n’est pas le sien.

    Mais l’homme qui le voit sourire
    Et qui sourit à son passage,
    En sut-il jamais davantage ?

    (Maurice Carême)

    Au ciel un nuage
    Dessine mille visages
    Bonjour mes amis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie, cette poésie de Maurice Carême est charmante. J'aime beaucoup ton haïku.

      Supprimer
  3. Belle citation. Elle me va comme un gant ! J'ai toujours pensé qu'il était préférable de créer que de répéter ! La création, c'est la vie. C'est pourquoi je préfère écrire, sur mon blog, mes propres textes( même s'ils ne sont pas terribles) plutôt que de copier des textes d'auteurs déjà existants. Bon WE .

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Daniel. Moi aussi j'aime cette citation. La photographie de Richard Misrach dans cet article fait partie de "Desert Cantos" un travail monumental inspiré du poème fleuve d'Ezra Pound" Cantos". Richard Misrach s'inscrit dans la tradition de la photographie engagée dans la dénonciation des catastrophes d'origine humaine sur le monde naturel

    RépondreSupprimer
  5. Cette photographie me fait penser à un tableau de Magritte, elle est particulière, c'est pourquoi elle retient mon attention. Le haïku minimaliste proposé me plait...

    +
    Traces,
    la harde est
    passée.
    +

    Dans ce Haïku Oulipien 232, je me contente de relater des faits observés, dans l'instant.
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marcel,

      Cette photographie me fait penser au château de Chambord dans un changement de perspective (lieu, époque), le somptueux palais s'est changé en raffinerie de pétrole. L'étendue d'eau a laissé place à une prairie mais le caractère somptueux de l'ensemble demeure. Mes biches et mes cerfs peuvent alors surgir. Quant au nuage il n'est peut-être pas aussi anodin qu'il le semble.

      Supprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: