mardi 10 janvier 2017

Eurydice au jardin








Ainsi puisqu'il s'en faut...
Retraverser l'hiver.
Ne pas naître au printemps.
Ce sommeil serait doux.
Si ce n'était que vous.
Les feuilles du pommier jaillissent vers le ciel.
Vertes, douces et brillantes encore sous la gelée.
L'hiver s'est mis au pas.
De glace est mon tombeau.
L'oiseau chante  dans l'ombre.
Le merle, le rouge-gorge
Dans le lierre de la haie.
L'abeille encore absente.
La fleur pas apparue.
Il faut passer ce temps.
Sommeil n'est qu'assoupi.

Lyne-Anke







Vidéo:
Danse des âmes bienheureuses - 2ème tableau: " Paix"
"Orphée et Eurydice"-
Opéra dansé de Pina Bausch  à l' Opéra Garnier- 2008-
 sur la partition de l 'Opéra  de Christophe. W. Gluck . 
Orphée et Eurydice . 



4 commentaires:

  1. Bonjour Lyne!
    Si nostalgique et beau!
    Il n'y en a pas une, mais plusieurs scènes sur ce tableau!
    La vie traverse la toile d'un bout à l'autre,
    avec des nuances d'espoir,
    des sons,
    des mouvements,
    des parfums,
    tant de promesses!
    "Ainsi puisqu'il s'en faut",
    mieux vaut l'accepter,
    parce que,
    "sommeil n'est qu'assoupi".

    La lumière de la galerie marchande est très douce.
    Les jours se rallongent.

    Bonne journée Lyne ♥


    RépondreSupprimer
  2. Merci d'avoir pris le temps de lire ce poème. Bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer

  3. Un poème qui est une douce chanson à l'hiver qui sommeille
    mais qui n'oublie pas ses rêves de printemps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est de l'hiver, il s'est bien installé...Brrr!
      Merci de ta visite.

      Supprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: