jeudi 16 février 2017

Lutèce








à la Lutèce
du haut de mon quatorzième 
je vois des champs de blé 

j'ai fait mon nid
dans une tour en béton 
c'est sans souci

comme sur une branche
le soir j'aime regarder
le soleil se coucher

la nuit s'invite
dans ma galerie des glaces 
j'attends mon prince

il est peut-être 
dans cet avion qui descend 
doucement sur Orly


Lyne-Anke









12 commentaires:

  1. Belle poème, elle attend quelqu'un qui lui apporte le bonheur. Impressionnant ces immeubles. Je te souhaite une bonne fin de semaine. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mai. Je suis contente que cette poésie te plaise. Ces immeubles font partie d' un grand ensemble appelé " Les Choux " de Créteil - une ville de la banlieue sud-est de Paris. Construit dans les années 1970 , de la conception de Gérard Grandval son architecte, ce grand ensemble a reçu le label " Patrimoine du XX e siecle par le ministére de la culture en 2008.
      Tu as bien compris le sens de la poésie. C'est tout à fait cela. Bisous. Je te souhaite de passer un bon week- end et de faire de belles promenades. Caresses à Melmo 🐕

      Supprimer
  2. Voilà la preuve que la poésie est partout où que l'on soit! Magnifique Lyne!

    Ce samedi matin un soleil radieux illumine la ville! Hier c'était le contraire. Sous un dense brouillard, les oiseaux sautillaient de branche en branche et une corneille scrutait l'horizon du haut de la faitière d'une maison! Je te souhaite un bon week-end Lyne ✿

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire me fait voyager ...C'est joli ...Merci Lune et bon week-end à toi aussi!

      Supprimer
  3. Tes mots dans la ville
    S'envolent en poésie
    Sur les nids de béton

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La banlieue amie de la poésie...
      Bon week-end Marie.

      Supprimer
  4. Qui sait, mais tous les princes ne volent pas en avion! Une poésie vivifiante!

    RépondreSupprimer
  5. Merci. L'avion a remplacé le beau cheval blanc...
    Dans cette poésie, plusieurs époques se télescopent. Je situerais son présent dans le futur- une époque assez proche de la nôtre où les campagnes reprennent un peu te terrain aux cités.

    RépondreSupprimer
  6. Une bien belle façon de voir la ville...
    Bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle poésie urbaine, Lyne-Anke !

      Supprimer
    2. Merci Danièle. La poésie n'est pas absente de ces cités qui n'ont de dortoir que le nom. Merci de ta visite et bonne fin de semaine!

      Supprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: