jeudi 24 octobre 2013

Douceur




                                                     Herbes d'automne au clair de lune - Shibata Zeshin



Au loin est mon pays.
Au loin vivent ceux que j'aime.
J' ai perdu  toutes mes racines
Et tremblante comme une feuille,
Nostalgique, je me promène. 


Le vent n' a pas de frontières.

 
Près d'un fleuve, je suis passée.
Il brillait comme de l'or 
Et le soir tombait sur la mer.
Tout ici semblait doré.
Nostalgique, je l'ai aimé,
Cet endroit, je m'y suis posée.





                                                                     
.
Illustration: Shibata Zeshin (1807-1891) est un peintre et laqueur japonais à la technique innovante de la fin de l'époque d' Edo et du début de l'ère Meiji



18 commentaires:

  1. Un beau poème, mais nous plantons toujours de nouvelles racines.

    avec les fleurs
    dans la chaude lune
    les insectes font l'amour

    Amitié

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Yanis,

    Pour te répondre j'ai choisi cette poésie de Mahmoud Darwich:

    ETRANGER DANS UNE VILLE LOINTAINE

    lorsque j’étais petit
    et beau
    j’avais la rose pour demeure
    et les vastes mers pour sources

    la rose devint blessure
    et les sources soif

    - Ai-je beaucoup changé ?
    - Je n’ai pas beaucoup changé

    Lorsque nous reviendrons comme le vent
    à notre demeure
    regarde bien mon front
    tu verras que la rose est devenue palmier
    tu verras que les sources sont devenues sueurs
    tu me retrouveras comme lorsque
    j’étais petit
    et beau

    Extrait de Rien qu’une autre année, traduit par Abdellatif Laâbi, Les éditions de Minuit, 1983, page 56

    Amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lyne
      je te remercie sincèrement de ce maqnifique poème qui va imprégner ma journée.
      j'avais eu l'occasion lors de rencontres Franco-Palestiniennes, de voir un film dans lequel il parlait de sa patrie, et j'en fut très très ému.

      Douce journée

      Supprimer
    2. J'avais lu cette poésie dans le livre de français de mon fils et je l'avais recopiée dans mon journal car elle m'avait beaucoup touchée moi-aussi. Bonne semaine Yanis.

      Supprimer
  3. ceinte de lune
    et pesamment attractive
    l'herbe arque entre ciel et terre
    les pensées fines
    qu'éclatent pleines du sourire des astres
    les feuilles douces amères
    aux lobes ceints de lune
    regard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lune d'automne
      certaines herbes ont fleuri
      dans la nuit claire

      Supprimer
    2. Voici deux poèmes
      qui amicalement
      s'entretiennent sous la lune dorée

      :-))

      Supprimer
    3. Oui, c'est vrai Yanis et je remercie regard pour sa poésie. Je la trouve plus que belle!

      Supprimer
    4. @ regard: merci d'avoir déposé ce très beau poème en commentaire. Je passe régulièrement sur votre blog lire vos articles jamais anodins.

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup ce poème: sa simplicité et sa profondeur. Nous sommes de nulle part. Nous venons d'ailleurs....Bon dimanche Lyne Anke.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Daniel,dimanche s'achève alors je vous souhaite une bonne semaine!

      Supprimer
  5. ✿ ♥ ✿

    ( ͡° ͜ʖ ͡°)

    Cette lune là
    je passerai ma vie
    à la regarder

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

      cette lune là
      je passerai mes nuits
      à la contempler

      merci Okasan

      Supprimer
    2. ✿ ❤ ✿ お月見

      Oh oui!
      O-tsukimi
      contempler la lune!

      Supprimer
  6. " E la stellaire s'en est allée
    Grande soeur lune viendra-t-elle ? "


    Magnifique clair de lune si délicatement voilé d'herbes d'automne !

    Douce fin de journée, Lyne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci,
      moi aussi je suis émerveillée par cette lune d'automne resplendissant au sein des herbes fleuries en ombres chinoises.
      Douce semaine

      Supprimer
  7. Comme des ombres chinoises
    sur fond de lune d'automne
    s'en vont s'en viennent la nostalgie des souvenirs
    que le vent sèment comme autant de feuilles mortes

    Ton poème est un vrai bijou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie, ce compliment me touche beaucoup.
      Bonne soirée

      Supprimer

Vous pouvez laisser un commentaire: